Category Archives for "Rituel"

Honneur aux mères

Honneur aux mères et aux femmes du monde

Pour la fête des Mères cette année j’ai envie d’écrire quelques mots en l’honneur des mères. Il est encore tôt le matin et je suis assise sur le banc suspendu sous le balcon. Le soleil brille déjà chaudement à cette heure hâtive et je crois bien que c’est le premier matin en ce printemps 2018 où je trouve qu’il fait un peu chaud pour vrai. Je dis toujours que je suis née dans le mauvais pays pour être aussi frileuse!

C’est le dimanche de la fête des Mères et il fait beau en Estrie. Je suis seule ce matin et je bois donc mon café calmement en écrivant ces quelques mots, sans la petite dernière qui espère mille et une choses de moi! Bref, ça fait tout drôle ce silence inhabituel dans la maison et je me promets d’en profiter d’ici à ce que mon chéri revienne avec les enfants en début pm. On avait une fête d’amis hier soir et il est allé tout seul avec les trois. Du coup, j’ai donc eu plein de temps pour écrire mon nouveau programme d’enseignement que j’enseignerai en France pour la toute première fois en juin prochain!

Allez, je me lance, je m’arrête le temps d’un café au soleil pour faire honneur aux mères!

Lire la suite

4 Guérir un accouchement traumatique

Guérir un accouchement traumatique

Dans le monde des naissances, il arrive parfois que l’accouchement ne se passe comme souhaité, et même, qu’il tourne à la catastrophe. Pour devenir mères, les femmes s’abandonnent dans l’inconnu des naissances. Et parfois, pour survivre et sauver leur bébé, elles doivent mettre de côté leurs souhaits et leurs convictions. Alors, elles se font accoucher et subissent une par une les interventions qu’elles souhaitaient tant éviter. Pour certaines, cette expérience viendra s’inscrire en elle comme un accouchement traumatique.

Lire la suite

3

Honneur au placenta, sa sagesse et ses rituels

Dans le monde des naissances, le placenta est mal mené, précipité et sous-estimé. Le bébé tout juste né, il devient une menace d’hémorragie. Tant qu’il n’est pas sorti et déclaré complet, on s’acharne sur lui. On le précipite par médication, on tire dessus, on brise le cordon, et s’il le faut on va le chercher à deux mains. Il fini brûlé, parmi les déchets bio-médicaux.

Accoucher avec une médecine qui voit le placenta comme négligeable et menaçant, a causé un dégoût du placenta chez les parents de l’ère moderne. La plupart ne veulent pas le voir, ni même en entendre parler.

Lire la suite

8

Comprendre une césarienne avec l’eau

Quand une femme qui voulaient accoucher par son vagin a eu une césarienne, elle a besoin de comprendre pourquoi son corps n’a pas « réussi » à sortir son bébé. On sait tous que que si on comprend le pourquoi du comment d’un événement indésirable, on est plus enclin à l’accepter et éventuellement, en guérir.

Les médecins qui font les césariennes n’expliquent pas toujours à la mère comment le bébé était placé dans leur bassin. Ils sortent les bébés et le placenta, et ils referment le ventre, laissant les mystères du « pourquoi » planer à jamais.

Bien sure, certains médecins prendront le temps de regarder, sentir et comprendre une fois à l’intérieur de l’utérus,  pouvant alors expliquer à la femme que par exemple le bébé avait quatre tours de cordon, et qu’en plus il était en postérieur.  Mais malheureusement, les médecins pratiquant des césariennes en tenant compte du besoin émotionnel de comprendre, sont encore trop peu nombreux.

La plupart du temps, la femme césarisée se retrouve donc seule avec ses questions. Pire encore, on ajoute parfois au mystère des phrases comme « En tout cas Madame, quand bien même on aurait encore attendu, votre bébé n’aurait jamais pu sortir ! »

Lire la suite

13 Césarienne et guérison

Pleurer sa césarienne

Elle pleure. Elle se sent coupable. Son corps n’a « pas su ». Elle n’a pas « réussi » à accoucher par son vagin. Pendant deux jours et deux nuits, elle a tout donné d’elle-même pour enfanter son bébé. Jamais dans sa vie elle n’a été aussi brave, et pourtant elle doute. Vautrée dans un lit d’hôpital, enflée et branchée de partout, elle pleure et se sent coupable d’un échec qui aux yeux de tous, sauf elle, n’en est pas un. ​

Comme si l’accouchement vaginal était le premier test à réussir pour être une bonne mère.

Lire la suite