5 raisons pourquoi les femmes enceintes ont tant besoin d’amour

Quand une femme est enceinte, son besoin d’amour est quintuplé et s’il n’est pas répondu, il peut en résulter une grossesse terriblement triste et isolée. Il y a des raisons pour ce besoin d’amour que plusieurs partenaires trouvent parfois exagéré, c’est ce que je vais vous expliquer à travers ce billet.

C’est un fait, dans la vie on a besoin d’amour et si on en manque on se porte mal. Quand on sait tout le bien que l’amour peut faire (qu’on a été un enfant aimé, qu’on a connu l’Amour avec un grand « A », qu’on est entouré de gens qui nous le montrent, etc.) et que soudainement on n’en reçoit plus, ou pas assez, on peut carrément subir un déséquilibre identitaire.

Certaines personnes sont plus autonomes et se débrouillent très bien toutes seules, alors que d’autres (la plupart du monde en fait) ont carrément besoin d’amour pour fonctionner. Nul besoin de catégoriser l’humain de « dépendant affectif » pour justifier son besoin d’amour. L’amour est le carburant qui donne des ailes et quand on en a, tout devient possible.

Enceintes, les femmes ont besoin d’amour

Je le constate dans mon bureau depuis plus d’une décennie, la femme enceinte a besoin de se sentir aimée. Et pourtant, quand on pose la question et que celle-ci répond honnêtement —il faut avoir sa confiance pour ça— on constate que beaucoup de femmes enceintes manquent souvent d’amour.

Moi-même, quand je suis enceinte je suis en manque chronique d’amour. Il faut dire que mon chéri  n’a jamais été très démonstratif de ce côté, et ça me va, quand je ne suis pas enceinte! Mais attention, dès que je deviens gravide j’ai un soudain et criant besoin d’amour. C’est sûrement mon plus intense symptôme de grossesse !

Pourquoi les femmes enceintes ont tant besoin d’amour ? Pourquoi même moi qui suis assez indépendante normalement, je me transforme ainsi quand je deviens enceinte ?

Et bien, j’y ai longtemps réfléchi et je suis arrivée à trouver 5 raisons pour expliquer ce phénomène.

1.    Les femmes enceintes ont besoin d’amour parce qu’elles sont en transformation accélérée.

Dès les premiers instants de la grossesse, le corps de la femme commence à se transformer pour accommoder la vie qui s’implante dans son utérus. Pour réussir cette implantation avec succès et éviter une fausse-couche, le corps met de suite en place une myriade d’hormones dont la mission est de faire pousser la vie.

Alors la vie s’installe et prend place…

Dès la découverte de la grossesse la femme est aspirée dans un nouveau vortex d’énergies, tant physiques qui métaphysiques. La voilà maintenant sur la découverte d’un chemin unique, inconnu et imprévisible dont la destination est un nouveau bébé.

Dès les premières semaines de grossesse, son psychique se dilate, son cœur s’ouvre, l’excitation de cette promesse de la vie fait naître un nouvel amour.

Au fil des trois trimestres de la grossesse, la femme enceinte va en vivre des choses. Jour et nuit, son corps travaille sans relâche et exprime bien quelques symptômes inconfortables. En plus de la forme de son corps qui change de plus en plus, la femme perd ses repères, connus, confortables, et c’est pour ça qu’elle a besoin d’amour. Parce que ces transformations sont déboussolantes et parfois même, effrayantes…

Elle a besoin de se sentir aimée pour accepter les sacrifices et la dilatation de son existence. Elle a besoin d’amour pour aimer ce corps rond et mou par endroit. Elle a besoin d’amour pour exprimer qu’il lui faudrait bien acheter une nouvelle taille de soutien-gorge ou de pantalon, parce que tous ses vêtements l’étouffent après la énième poussée de croissance de bébé ! Elle a besoin d’amour pour pleurer ses peurs, ses angoisses, aussi illogiques soient-elles parfois.

Accouchement 42 semaines

2.    Les femmes enceintes ont besoin d’amour parce qu’elles perdent leurs repères

Ce point est la continuité du premier en quelque sorte, mais j’en rajoute pour bien vous faire comprendre. La femme enceinte est un canal de visions. Dès les premières lignes sur le test de grossesse, sa psyché commence à réorganiser sa vie et celle de ses proches pour laisser la place à la vie qui s’en vient.

« Toi tu peux partir en courant si tu veux, moi je ne pourrais pas courir seule avant au moins trois ans ! Et encore faudra-t-il que quelqu’un veille sur lui… »

Quand une femme devient enceinte, c’est toute sa trajectoire de vie qui change et la plupart du temps, c’est sa force gestationnelle de caractère (et l’évidence de son ventre qui grossit) qui imposera les changements pour les proches autour.

Si la plupart des partenaires (ceux masculins surtout) deviennent pères quand ils voient les cheveux du bébé, au moment du couronnement, ou carrément quand le bébé pousse son premier cri, la femme quant à elle, devient mère dès le début et tout au long de la grossesse.

Qu’on se le dise, la différence entre les partenaires est palpable quant au vécu de la grossesse. Si certains (de plus en plus) sont à fond dans l’expérience, la grande majorité doit quand même se rappeler que leur femme est enceinte en ouvrant les yeux le matin.

« Parfois quand je rentre du travail, c’est quand je vois ton ventre que ça me revient. Même si j’y pense à plusieurs reprises pendant la journée, j’oublie souvent aussi que tu es enceinte ! »

Toutes ces réactions sont normales —loin de moi l’idée de diminuer les hommes dans ce billet, j’adore les pères, ils sont une inspiration constante pour moi—, en effet, le partenaire ne voit pas son corps se transformer à vue d’œil (sauf s’il fait une grossesse sympathique !). La faim ne le réveille pas en pleine nuit en demandant tel truc spécifique. Son sommeil n’est pas perturbé par l’insomnie hormonale. Sa peau ne lui pique pas constamment tellement elle s’étire. Se vêtir ne devient pas un défi anxiogène.  Effectuer de simples gestes comme lacer ses souliers, se tourner dans le lit, se pencher pour prendre un truc, ne lui rappelle pas constamment qu’il est limité dans ses mouvements. Sa psyché n’est pas en constante dilatation accélérée.

Bien sûr, porter la vie est un privilège qu’ont les femmes, mais quand même, c’est tout un processus et pour cela les femmes ont besoin d’amour.

Voir son corps ainsi changer, imaginer la réorganisation de sa vie, accepter les sacrifices professionnels et personnels des prochaines années, se demander si notre corps reviendra comme avant, craindre l’isolement du postnatal, etc. Tout cela est intense, et pour balancer ce vertige existentiel qu’impose la dilatation de devenir mère, les femmes ont besoin d’amour.

Accoucher sous une épée de Damoclès

3.    Les femmes enceintes ont besoin d’amour pour faire le plein d’ocytocine en vue de l’accouchement

Pour enfanter un enfant l’utérus (sa maison) doit se contracter et pour cela il lui faut une hormone qu’on appelle ocytocine. Cette hormone ocytocine est aussi appelée « hormone de l’amour », c’est elle qu’on sécrète quand on fait l’amour et qu’on a un orgasme.

Or, pour mettre au monde un enfant de façon naturelle et physiologique, sans l’aide pharmaceutique de la science, la femme doit sécréter de l’ocytocine comme jamais elle en a sécrété dans sa vie.

Pour que l’accouchement ait lieu, il lui faut des vagues et des vagues d’ocytocine. On parle de vague parce que cette hormone est sécrétée par le cerveau de façon pulsatile, en pulsations. (Lire ce billet pour mieux comprendre)

Pour que l’accouchement débute de lui-même et qu’il soit sécuritaire, tant pour la femme que pour le bébé, l’ocytocine doit être sécrétée sans gêne et pour ça la femme doit faire le plein d’amour tout au long de sa grossesse et surtout au troisième trimestre.

Une femme qui se sent aimée est plus calme. Si elle est plus calme, elle a plus de chance d’entrer en travail par la sagesse de son propre corps, ainsi, son accouchement sera plus doux.

Les partenaires me demandent souvent ce qu’ils peuvent faire pour aider leur femme qui accouche. Je leur réponds :

« Crois-en elle-même quand elle n’y croit plus et donne-lui de l’amour. »

Cette phrase peut sembler anodine, mais quand on comprend toute la sagesse de l’hormone de l’amour et sa timidité dans les contextes de stress, tout prend du sens et l’amour devient la principale médecine d’une grossesse épanouie, d’un accouchement en confiance et d’une nouvelle famille unie.

Crédit photo: Orange pomme photographie

4.    Les femmes enceintes ont besoin d’amour pour faire le plein d’ocytocine en vue de la période postnatale

Si la femme enceinte a eu de l’amour en période prénatale, il est probable que cela continuera en période postnatale et c’est tant mieux, parce que jamais dans sa vie la femme n’aura autant besoin d’amour qu’en postnatal immédiat.

La femme qui vient d’accoucher est vulnérable, fragile, c’est une boule d’émotions et de sensibilité. Elle a besoin de repos et de soutien comme jamais auparavant et à l’ère moderne où l’individualisme domine, c’est souvent le partenaire qui jouera ce rôle de soutien.

Pour allaiter un bébé et avoir un bon réflexe d’éjection du lait (réflexe ocytocique dépendant), la femme a besoin d’un environnement qui vibre de calme et d’amour. C’est ÇA son instinct de fin de grossesse, son urgence de tout préparer afin que tout soit parfait pour le bébé ! Comme si en fin de grossesse la femme pressentait inconsciemment la vulnérabilité à venir et qu’elle avait besoin de placer les choses pour que l’expérience soit douce malgré tout.

Par chance, elle a vu à ce que le congélateur soit plein de petits plats à mettre au four. Mais pour les mettre à cuire ces plats, les servir et ramasser après, elle a besoin de quelqu’un, puisqu’elle doit s’occuper du bébé, en l’occurrence cette personne est l’autre parent.

C’est tellement bien fait au fond et on le voit bien, les couples unis et qui se sont donné amour et reconnaissance en prénatal ont des périodes postnatales plus douces et fluides, c’est logique, comme une belle continuité ocytocique!

Et le comble, si l’ocytocine est palpable dans le nid de la nouvelle famille, alors bébé est heureux, les liens se tissent mieux et l’adaptation se passe de façon optimale. Vive l’Amour !

Postnatal

Crédit photo : Adèle photographie

5.    Les femmes enceintes ont besoin d’être célébrées pour devenir des mères accomplies.

Je finirai sur ce point. Être célébrée, ça veut dire quoi au juste ? Je ne parle pas ici d’une grande fête sous un chapiteau, mais plutôt de reconnaissance, de respect et de petits gestes doux et concrets.

Bien sûr que c’est agréable d’avoir une maison propre, et « Chapeau! » aux partenaires qui font le ménage et le lavage, on vous aime !!! Mais en plus de ça, n’oubliez pas l’importance de savoir vous posez et être là, présent, doux et aimant. Prenez le temps d’arrêter et d’aimer, tout simplement. Vous n’en serez que récompensé en échange, puisque l’amour justement offert est souvent réciproque. Pensez aux pulsations d’ocytocine !

Quant à la famille et les amis, ils ont aussi un impact essentiel sur le bien-être de la femme enceinte. Tous les besoins d’amour d’une femme enceinte ne reposent pas que sur le partenaire quand même !

La femme enceinte se sent aimée par ses proches quand ils la laissent se reposer et qu’il s’occupe de la maisonnée, quand ils cuisinent pour elle et lui disent de s’étendre, se reposer, pendant qu’eux ramassent après, quand ils lui disent qu’elle est belle et qu’elle est bonne, quand ils demandent quel genre de préparation elle veut faire pour son bébé et comment elle souhaite le materner plutôt que de l’encombrer d’objets de plastique et de lui donner des conseils dépassés. La femme enceinte se sent aimée quand elle sent que ses proches la considèrent tant dans sa dévotion à bien mener sa grossesse, que ses besoins, ses envies et ses valeurs.

Comment faire pour donner tout cet amour aux femmes enceintes ?

Ce n’est pas si compliqué au fond et s’il y a bien une chose d’entièrement gratuite dans la vie, c’est bien l’amour !  Étant moi-même une adepte de la simplicité je vais terminer ce billet en vous proposant dix façons de donner de l’amour aux femmes enceintes.

  1. Faites-lui sentir qu’être à ses côtés est une joie. Prenez le temps de vous arrêter, de vous poser, d’être là, et l’aimer tout simplement. Vous pouvez lui demander comment elle se sent aujourd’hui, si elle a senti bébé bouger, si elle a eu de la joie…
  2. Touchez-là. Offrez-lui un massage des pieds ou de tout le corps (encore mieux). Les femmes enceintes ont la peau qui tire de partout. Un bon massage à l’huile de coco (avec quelques gouttes d’huile essentielle de lavande) ou à l’huile d’avocat est tout simplement subliminal !!!
  3. Laissez-la dormir, faire une sieste en plein jour, ou simplement faire la « flaque humaine ». C’est épuisant faire un bébé, et plus les femmes ont d’enfants moins elles se reposent quand elles sont enceintes. Dîtes-lui de dormir tant qu’elle a besoin un matin où vous êtes à la maison. Offrez-lui de prendre le relai avec les enfants dans le rush du soir et d’aller lire dans un bon bain, ou d’aller s’étendre et écouter son émission préférée.
  4. Cuisinez-lui un bon repas qu’elle aimera. Quand les papilles gustatives et la satiété sont comblées, les vagues d’ocytocines sont stimulées ! Et si possible parfois, allez faire l’épicerie à sa place!
  5. Demandez-lui ce qui lui ferait plaisir pour qu’elle se sente bien. À l’approche du troisième trimestre et de l’accouchement, la femme enceinte a besoin de sentir que son nid prend forme pour accueillir le bébé. Il se peut qu’elle souhaite repeindre telle pièce, ou telle étage, faites-le ! Elle peut avoir cette envie soudaine de changer le luminaire affreux qui était là quand vous avez acheté la maison, faites-le ! Elle peut vouloir planter telle sorte de fleurs ou désherber les plates-bandes, faites-le ! Bref, prenez une ou plusieurs journées et faites ce qu’elle souhaite !!!
  6. Trouvez des recettes de cocktails intéressants et faites-lui-en. Enceintes, les femmes font une tonne de compromis pour la santé du bébé et ne pas boire d’alcool en est un. Heureusement, il existe une tonne de recettes intéressantes sans alcool qui font vibrer les papilles. Concocter lui ces petits plaisirs à l’occasion.
  7. Allez marcher ensemble dans la nature. Les femmes enceintes ont besoin de marcher pour garder la forme et faire engager le bébé dans le bassin en fin de grossesse. Allez-y avec elle, donnez-vous la main et profitez-en pour l’embrasser, lui dire que vous l’aimez et la trouvez belle… Ocytocine assurée, et quelques contractions en prime !
  8. Dîtes-lui que vous l’aimez et remerciez-là de faire tout ce qu’elle fait pour votre bébé. Avec vos mots, aussi simples soient-ils, faites-lui sentir la reconnaissance et l’admiration qui vous avez pour son dévouement pendant la grossesse.
  9. Prenez des photos d’elle et montrez-lui combien elle est belle. C’est connu, les mères ont peu de photos d’elle avec leurs enfants parce que ce sont elles qui prennent les photos de famille. Renverser cette tendance dès la grossesse en prenant des photos d’elle avec sa bedaine et ses seins bien ronds. Vous aurez peut-être même le privilège d’en prendre d’elle toute nue si elle accepte le jeu !
  10. Laissez-lui du temps pour être seule et enceinte. Coulez-lui un bain aux chandelles avec du sel d’Epsom (idéal pour les jambes lourdes et les douleurs musculaires ou ligamentaires). De temps à autre, si le bain est assez grand, allez la rejoindre si elle le souhaite et transformez alors ce moment solo en un moment d’amour et de tendresse. Ocytocine assurée !

Crédit photo : Adèle photographie

Sur ce, aimez-vous !

Leave a Reply 1 comment